Retour à l'accueil

Association des
Amis du Vieil Arles

Cet espace est dédié à l'annonce d'une sélection d'évènements ou d'informations ayant trait au partrimoine d'Arles et du Pays d'Arles ou organisés par des structures partenaires, associatives, institutionnelles ou privées.

Ceux relevant de l'activité des Amis du Vieil Arles sont détaillés dans la rubrique Activités.

Actualités

Journées de l'Antiquité en Languedoc-Roussillon - 2017

Le programme des Journées de l’Antiquité en Languedoc-Roussillon 2017 est à présent disponible. On peut le consulter ICI.

Nombreuses et diverses manifestations dans le Gard en mars 2017

Vendredi 17 mars 2017 à 20 h, auditorium du centre Pablo Neruda de Nîmes, conférence proposée par l’Association égyptologique de Nîmes :

« Aperçu des mathématiques de l’Égypte ancienne »

par Marianne MICHEL, docteur en Égyptologie de l’Université catholique de Louvain.

 

Samedi 18 mars 2017 à 14 h, auditorium du Centre Pablo Neruda, Nîmes, conférence proposée par la Société d’histoire moderne et contemporaine de Nîmes et du Gard :

« Histoire d’eaux : Nîmes (XVIe-XIXe siècles) – Les réseaux hydrauliques anciens – Essai de restitution – Le capitaine Bernard (1794-1878) »

par Jean PEY, attaché de conservation honoraire et François PUGNIÈRE, historien, enseignant-chercheur.

 

Vendredi 24 mars 2017 à 18 h 30, 26b rue Bec de Lièvre, Nîmes, l’Atelier occitan du Comité de la Placette, avec le concours de la MARPOC, propose :

« Hommage au poète nîmois Antoine Bigot : poèmes et chants »

par l’ATELIER OCCITAN et Cisco GAYTE (chant)

 

Samedi 25 mars 2017 à 17 h – Le Bourilhou, au Vigan, conférence proposée par le Club histoire et archéologie en Pays Viganais, association de la FAHG :

« L’évolution des monuments antiques de Nîmes à la période médiévale »

par Francine CABANE, professeur d’histoire (E. R.)

 

Mercredi 29 mars 2017 à 18 h, au Carré d’Art-Jean Bousquet, à Nîmes, les Bibliophiles de Nîmes et du Gard propsent :

« Léo Larguier (1878 - 1950), Poète, ami d’Apollinaire et "ami des livres" »

par Alain ARTUS, auteur d’une biographie (à paraître) de Léo Larguier

 

Entrée libre sauf indication contraire.

Randonnée nature dans la réserve naturelle des marais du Vigueirat les 19, 22, 26 et 29 mars

Les belles journées qui s’annoncent offrent une superbe occasion de profiter de la nature en cette fin d’hiver. Profitez d’une escapade à la journée en pleine nature ! Passionné et passionnant, le guide est toujours là pour vous faire découvrir la faune dans la réserve naturelle. C’est aussi l’un des meilleurs moments pour observer les flamants roses et les canards lorsqu’ils portent leurs plus belles couleurs. La balade chemine dans un rythme tranquille sur un parcours de 5 km. Les divers observatoires et tours d’observation sont l’occasion de pauses pour observer la très grande diversité d’oiseaux qui vivent sur site comme l’Ibis falcinelle, la Spatule blanche ou la Grande Aigrette. Une journée conviviale pour se retrouver, à partager en famille ou entre amis.

Départ à 9 h 30 (durée 6 h). Pique-nique tiré du sac et chaussures adaptées à la saison.

18 €, demi-tarif de 6 à 12 ans

Marais du Vigueirat, Mas Thibert, Chemin de l étourneau, 13104 Arles

Téléphone : 0490987091

Courriel : visites.mdr@espaces-naturels.fr

Site internet : ICI

 

Conférence vendredi 24 mars salle municipale de Saint-Chamas

Exposition photographique au Relais culturel des Saintes-Maries-de-la-Mer du 28 mars au 2 avril 2017

Sortie nature samedi 1er avril à partir de la Tour du Valat

Les Amis de la Tour du Valat proposent le samedi 1er avril 2017 une nouvelle sortie nature guidée en compagnie de Patrick Grillas, directeur du programme de la Tour du Valat.

Elle aura pour thème :

"Les bras du Rhône dans le temps : du fleuve à la mare temporaire" .

La Camargue est parcourue par d’anciens bras du Rhône dont certains très anciens. En partant du Rhône actuel et de deux anciens bras, nous pourrons voir l’évolution radicale de ces milieux, leur comblement et les conséquences sur les écosystèmes. Cette visite nous permettra de voir des écosystèmes très différents et de couvrir 4 à 5 millénaires d’histoire.

Les sites seront a priori le Rhône actuel à Tourtoulen, le Rhône d’Ulmet à la Tour du Valat et les Cerisières de la Tour du Valat (des traces résiduelles d’anciens cours du Rhône d’Ulmet).

Le rendez-vous est fixé à 9 h 30 dans la cour de la Tour du Valat, devant le mas pour un retour prévu vers 16 h et une pause déjeuner avec un pique-nique "tiré du sac" (à apporter par les participants).

Équipement de saison et anti-moustiques conseillés. Merci de vous inscrire au plus tard le 27 mars en nous contactant par email (amis@tourduvalat.org) ou téléphone (04 90 97 29 79).

Deux conférences mercredi 5 avril à 15 h et 18 h à la médiathèque de Fos-sur-Mer

6e conférence du cycle « Je découvre la Rome antique », intitulée :

« Hadrien, l'empereur esthète »

par Jean-Philippe LAGRUE, archéologue.

Dans les deux cas, entrée gratuite, dans la limite des places disponibles, sur inscription au 04 42 11 27 58, auprès de la médiathèque de Fos-sur-Mer, 40 rue des Nénuphars.

 

L'empereur Hadrien, popularisé par Marguerite Yourcenar, a régné sur l'Empire romain de 117 à 138. Contre la politique conquérante de son prédécesseur Trajan, Hadrien revient à la sagesse d'Auguste et s'applique à ramener la paix dans l'Empire en stabilisant ses frontières, tel son fameux Mur en Grande-Bretagne. Voyageur infatigable, il parcourt les territoires du monde romain, occidental et surtout oriental. Cet homme de terrain respecte les traditions et religions locales, réforme le droit, l'administration, et la gestion des affaires au quotidien, et interdit la mixité dans les bains publics. Philhellène, l'empereur barbu à la manière des philosophes grecs est aussi un amoureux des arts et des lettres, et ponctue son règne de réalisations qui figurent parmi les chefs-d'œuvre de l'architecture romaine : sa villa de Tibur, le Panthéon et son mausolée (château Saint-Ange à Rome), le temple de Zeus Olympeion à Athènes. Dans le domaine de la sculpture, on ne compte pas le nombre de portraits immortalisant la beauté de son favori, Antinoos, disparu très jeune et objet d'un véritable culte par l'empereur inconsolable...

Prochaine conférence : mercredi 10 mai « Constantin, l'empereur chrétien ».

 

Conférence jeudi 6 avril à 20 h dans la chapelle Notre-Dame de la Conversion à Avignon

Exposition du 9 mars au 9 avril à l'Espace Van Gogh

Le flamant rose, ambassadeur des milieux humides

Le service Culture de la ville d'Arles présente une exposition du 9 mars au 9 avril 2017, de 11 h à 18 h à l'Espace Van Gogh.

Savez-vous qu’il existe six espèces de flamants, le flamant rose étant l'une d'entre elles ? Que ces nomades peuvent parcourir 800 km en moins de 15 heures ? Et qu’ils ont failli disparaitre de la Camargue ? L’exposition Le flamant rose, ambassadeur des milieux humides, tirée de l’ouvrage du même nom écrit par Anne-Sophie Deville, docteur en écologie, et illustrée par les photos de Jean-Emmanuel Roché, dévoile la vie secrète de cet oiseau majestueux. Cette dernière nous livre tous les secrets de cette espèce étonnante et revient sur le travail mené par l'équipe de la Tour du Valat qui a permis à l'oiseau de revenir en Camargue.

Le livre Le flamant rose, ambassadeur des milieux humides, paru le 22 octobre 2015 (éd. Museo), est en vente au musée Réattu à partir du mois de mars.

Entrée gratuite

 

Nouvelle exposition à la Fondation Van Gogh du 4 mars au 17 septembre

Calme et Exaltation. Van Gogh dans la collection Bührle

L’exposition « Calme et Exaltation. Van Gogh dans la Collection Bührle » présente huit tableaux de Vincent Van Gogh. Cette sélection met en lumière, non seulement les différentes étapes dans la carrière de l’artiste néerlandais, mais également la vision d’un collectionneur, l’industriel suisse Emil Bührle (1890-1956), pour lequel représenter la progression stylistique d’un artiste à travers une collection était primordial. Aussi, l’éclaircissement de la palette de Van Gogh et la synthétisation de diverses influences dans son art constituèrent le fil conducteur des acquisitions éclairées du collectionneur. La Fondation Vincent Van Gogh Arles s’est vu accorder un prêt de six toiles par la Fondation Collection E. G. Bührle à Zurich, détentrice de sept toiles de l’artiste au total. Les six toiles de cette collection sont ici présentées aux côtés de deux autres prêts.

Le Vieux Clocher (1884) et Tête de paysanne (1885) sont des œuvres de jeunesse, réalisées dans la ville néerlandaise de Nuenen ; Les Ponts d’Asnières (1887) et Autoportrait (1887) datent du séjour de l’artiste à Paris, où il s’inspira de l’impressionnisme et du pointillisme. Enfin, Les Sarcleuses et Branches de marronniers en fleur, toutes deux de 1890, témoignent de la maturité artistique qu’il atteignit à la fin de sa carrière. Avec Branches de marronniers en fleur, Van Gogh nous donne à voir l’exaltation du printemps. La touche y apparaît résolument vivace, les couleurs franches et la composition audacieuse par son horizontalité. La période provençale est, elle, représentée par deux prêts en provenance l’un d’une collection particulière et l’autre du musée Van Gogh d’Amsterdam. Bien que la lumière brillante et les couleurs éclatantes de la Provence aient nourri sa palette, Van Gogh utilise dans L’Entrée dans une carrière (1889) les teintes du Nord. L’Oliveraie (1889), également peinte dans les environs de Saint-Rémy, intègre dans le parcours de l’exposition l’un des motifs provençaux préférés de l’artiste.

Visites commentées : tous les jours à 11 h 30 et 15 h. Assurées par les médiatrices de la fondation en français, ces visites sont conduites en dialogue avec le public (petit groupe) et durent en moyenne 1 h 15.
Sans réservation, places limitées. 4 € + coût du billet.

Horaires : jusqu'au 31 mars, du mardi au dimanche de 11 h à 18 h ; à partir du 1er avril, tous les jours de 11 h à 19 h. Nocturne jusqu'à 21 h le premier jeudi du mois

Tarif plein : 9 €, tarif réduit : 7 €, tarif jeune et étudiant : 4 € ; gratuit pour les moins de 12 ans ; tarif famille : 15 €

Site Internet : www.fondation-vincentvangogh-arles.org

Semaines de la mémoire : conférences, visites, expositions du 27 février au 1er avril

La nouvelle édition de la manifestation Les semaines de la mémoire proposée par l'Association pour un musée de la résistance et de la déportation du pays d'Arles a pour thème :

Destructions de guerre et reconstruction.

Cette thématique est en lien avec l'histoire d'Arles et de son pays durant la période 1939-1945. Dans ce cadre, les Semaines de la mémoire croisent les approches et les regards nouant chaque année de nouveaux partenariats dans le tissu culturel et associatif du territoire. Cette action permet également de mettre en place des ateliers et un parcours pédagogique à l'attention des scolaires.

Le programme  de ce rendez-vous s'articule autour de plusieurs temps forts dont des expositions, des installations, une table ronde et des projections de films.

Du 27 février au 1er avril au CRDA, espace Mistral, boulevard Émile-Combes :

L'exposition Destructions de guerre – reconstruction présente une partie des collections (photographies, documents écrits, objets) du futur Centre de la résistance et de la déportation du pays d'Arles qui sont cette fois-ci associées à des créations contemporaines de l'association Cultures Nomades Production qui y apporte une vision poétique.

Cette exposition met en exergue les dégâts causés par les bombardements sur Arles pendant la Deuxième Guerre mondiale, des événements qui ont profondément marqué la mémoire de ceux qui les ont vécus. Au lendemain de la guerre, le besoin urgent de reconstruction fait émerger de nouvelles formes d'urbanisme dessinant des paysages d'aujourd'hui. Une œuvre architecturale en carton réalisée par l'association En Goguette sera exposée à cette occasion.

L'exposition Fractures conçue par l'artiste Speecher, photographe et vidéaste, qui présente des montages à partir d'images collectionnées du cinéma et des archives. Il crée ainsi des récits polyphoniques qui fonctionnent comme des collages visuels sur la thème de la destruction et de la reconstruction fondées donc sur des réalités historiques locales.

Vendredi 3 mars à 18 h au grand amphi de l'espace Van Gogh / entrée libre :

Table ronde « Patrimoine en péril : de la Seconde Guerre mondiale aux destructions de Palmyre ». En temps de guerre, le patrimoine culturel subit des destructions idéologiques et stratégiques. Faisant le lien entre la Seconde Guerre mondiale et les destructions de Palmyre, cette table-ronde soulèvera les problématiques de sauvegarde, de reconstruction ou de restauration.

Intervenants : Robert Mencherini, professeur honoraire des universités en histoire contemporaine, Anne Blanchet, attachée de conservation au musée d'histoire de Marseille, Mounir Bouchenaki, directeur honoraire de la division culturelle à l'Unesco, Bouzid Sabeg, directeur général du patrimoine mondial pour les grand projets de la ville d'Arles.

Samedi 11 mars à 14 h 30 - rendez-vous place Saint-Pierre / gratuit sur réservation, tél. 04 90 96 52 35 :

Visite guidée avec le service du patrimoine de la Ville sur le thème « Comment reconstruire à Arles après la Seconde Guerre mondiale ? »

Vendredi 31 mars à 18 h à la médiathèque / entrée libre :

Projection du film pour lequel le critique Frédéric Strauss de Télérama a écrit : « Le film d'un monde qui repart de rien, cerné par le sentiment du néant » et qui se passe en 1945 lorsque l'Allemagne nazie a capitulé devant les armées alliées.

Samedi 1er avril à 15 h à la médiathèque / entrée libre :

Projection du film pour lequel le critique Jacques Morice de Télérama a écrit : « Une partie d'échecs, avec feintes, attaques, ripostes, bluffs, avancées à visage découvert, traductions... » lorsque Paris a failli être rasé de la carte pendant la Seconde Guerre mondiale.

Site Internet : www.centre-resistance-arles.fr

Photo : les arènes d'Arles après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale - collection CRDA.

 

Exposition d'aquarelles de Jean-Claude Golvin du 21 janvier au 26 mars à la chapelle du Méjan

 

 L'Antiquité retrouvée

Retrouver l'architecture antique est un défi. Jean-Claude Golvin y parvient grâce à une connaissance archéologique et architecturale alliée à un talent de dessinateur.

Ce voyage dans l'Antiquité s'avère un fantastique manuel d'architecture et d'urbanisme des civilisations grecque et romaine. Il nous permet aussi de rêver à une Antiquité retrouvée.

Du samedi 21 janvier au dimanche 26 mars 2017 (du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h)

Entrée libre

Appel aux dons pour la restauration d'une œuvre du peintre Jacques Réattu

2016-2017: Après le succès de la restauration du St Jean Baptiste de F-X. Fabre, le musée Réattu en partenariat avec l’association des Amis du musée, « Avec le Rhône en vis-à-vis », mène son deuxième appel au financement participatif dans le cadre de la restauration des grisailles du Temple de la Raison de Marseille peintes par Jacques Réattu en 1795. Cette recherche de mécénat porte sur le financement du coût de restauration de la grisaille intitulée Le Génie de la Liberté couronnant les Sciences et les Arts actuellement présentée dans le musée.

Le dossier complet peut être consulté ICI et un dossier de participation peut être téléchargé ICI

Site Internet du musée Réattu : ICI et de l'association des Amis du musée : ICI

Exposition à Graveson du 11 février au 31 août

Exposition organisée par le CREDD’O, 12 avenue Auguste Chabaud à Graveson

D’après l’ouvrage de Gabriel Boissy, entre histoire et mythologie, entre peinture et littérature, l’exposition fera voyager ensemble peintres et écrivains.
Elle mettra en avant les textes des écrivains provençaux, Mistral, Delavouët, Durand, Galtier, Moucadel, etc qui illustreront les tableaux de Léo Lelée et Auguste Chabaud.
Elle rendra enfin hommage à ces arbres symboliques en Provence « Eux, les arbres divins au feuillage éternel ! » comme les appelait « Monsieur Gute ».

Entrée gratuite et visite guidée sur rendez vous.

Exposition de photographies au musée Réattu du 28 janvier au 11 juin 2017

 

« Anatomie du paysage »

Lieu intimement lié à son environnement, le musée Réattu bénéficie d'une vue idyllique sur le Rhône qui constitue sa plus belle carte postale, sa première « photographie ». En s'installant ici, les chevaliers de Malte inventaient, probablement sans l'imaginer, un paysage parfaitement cadré, qui allait aimanter la vision des artistes des siècles plus tard. Le premier fut Jacques Réattu, auquel succédèrent de nombreux peintres, sculpteurs et photographes, tous fascinés par cette perspective.

 

                                                                                                                                                                          Visuel : Alain Bachelard, Sans titre, série H2O2 , 2002

Vue. Cadre. Perspective. Ces termes, hérités de la peinture, se retrouvent dans le vocabulaire de la photographie. Ils traduisent l'idée d'une découpe dans le réel opérée par l'artiste, qui prélève un élément du pays qui l'entoure pour en faire un « paysage ». D'où l'idée d'une forme d'anatomie, d'un art de la découpe appliqué au paysage, dont l'instrument n'est plus le scalpel mais l'objectif photographique.

La sélection des œuvres illustre ainsi la diversité des regards et retrace la conquête perpétuelle des photographes de nouveaux territoires d'expression. Révélant le génie des lieux, décelant dans le corps des liens insoupçonnés à la nature, ils ne cessent d'inventer de nouvelles formes de paysages, repoussant toujours plus loin les limites du genre : des parcs naturels américains d'Ansel Adams aux corps-paysages de Lucien Clergue, des vues urbaines de Robert Doisneau aux lieux de mémoire photographiés par Jean-Claude Gautrand et Ambroise Tézenas.

Du samedi 28 janvier au dimanche 11 juin 2017 de 10 h à 17 h (18 h à partir du 1er mars)

Site Internet du musée : ICI

Tarif : 8 €/6 €, gratuit pour les Arlésiens.

La collection de sculptures du musée Réattu s'expose

                                                                                                                                                                                                                                                                 Photographie : Colombe Clier, 2012

Le musée Réattu propose cette année un nouvel accrochage de ses collections permanentes prenant pour fil conducteur la sculpture. Ville minérale par excellence, héritière d'une tradition romaine qui fait de la pierre un symbole d'éternité, Arles et ses prestigieuses architectures se sont toujours merveilleusement prêtées à la pratique de la sculpture ornementale et monumentale. Vaisseau de pierre amarré au quai du Rhône, monument classé dépositaire d'un fonds lapidaire composé de blasons, gargouilles et décors de façades, conservatoire de figures emblématiques de l'histoire d'Arles – comme le Soleil de l'obélisque, hommage de Jean Dedieu à Louis XIV –, le musée est le reflet de ce lien entre architecture et sculpture, qui imprègne ses expositions et ses collections.

Dès les années 50, ce sont des sculptures majeures d'Ossip Zadkine et Germaine Richier qui donnent un nouvel élan à sa collection. Puis le musée fait découvrir aux Arlésiens les accumulations et les compressions d'Arman et César, venus peupler les salles romanes du cloître de Saint-Trophime. Ils sont suivis par Toni Grand, Bernard Pagès ou Bernard Dejonghe, qui multiplient les installations puisant dans le vocabulaire architectural : colonnes, stèles ou contreforts. Aujourd'hui, c'est dans le double rapport à l'architecture et au corps que cette collection s'enrichit toujours, avec des œuvres de Vincent Barré, Jean-Baptiste Caron, Christine Crozat, Vladimir Skoda ou Arnaud Vasseux.

Du samedi 28 janvier au mardi 15 août 2017 de 10 h à 17 h (18 h à partir du 1er mars)

Site internet du musée : ICI

Tarif : 9€ / 6€, gratuit pour les Arlésiens.

 

Les visites thématiques du musée bleu

Une guide conférencière propose un parcours commenté d'une durée de 1 h 15 dans le musée, pour une lecture thématique des collections.

2 € en plus du billet d’entrée – Gratuit pour les abonnés.

Certains dimanches à 11 h. Sans réservation, en vente le jour même dès 10 h, dans la limite des places disponibles.

Programme de mars et avril 2017

le 12 mars : Soins et beauté de la femme à l'époque romaine.
par Christine Berthon

le 9 avril : L'eau : aqueducs et thermes.
par Christine Berthon

le 23 avril : La vie à la campagne.

le 30 avril : Le port d'Arelate, une plateforme commerciale.
par Alice Vallat

Programme d'activités automne-hiver 2016/2017 du musée : ICI

Site Internet du musée : ICI

Visites de la maison du projet et de la maison du chantier de la Fondation LUMA

Visite de la maison du projet

À la maison du projet, vous pourrez découvrir des maquettes du projet porté par la Fondation LUMA, conçu avec l’architecte Frank Gehry ainsi qu’Annabelle Selldorf pour les bâtiments historiques et Bas Smets pour le parc paysager. Sont aussi visibles des plans montrant l’évolution du projet et du parc paysager. Un diaporama permet de découvrir des images des bâtiments historiques ainsi que plusieurs films réalisés à partir du programme qui préfigure le site en cours de construction. Un médiateur est également présent pour répondre à toutes vos questions.

Du lundi au vendredi : de 10 h à 17 h.
Le samedi et le dimanche : de 11 h à 17 h

Visite de la maison du chantier

Visite commentée sur inscription pour découvrir l’histoire du site et les enjeux du projet architectural et culturel en cours de construction au Parc des Ateliers. Cette visite, accompagnée par un médiateur, débute à la maison du projet par la découverte des maquettes, se poursuit sur le site avec des arrêts commentés pour comprendre l’évolution du chantier.

À la fin de la visite, à la maison du chantier, le public sera invité à tester un système de réalité virtuelle, qui lui permettra de découvrir le bâtiment conçu par Frank Gehry en avant-première. Cette visite virtuelle n’est accessible qu’aux enfants âgés de plus de 13 ans.

Le public pourra découvrir des échantillons des matériaux utilisés pour la construction des bâtiments et profiter d’un large point de vue sur le site depuis la terrasse-panorama de la base vie.

Visite gratuite, d'une durée de 1 h 30, dans la limite des places disponibles, sur inscription préalable.sur le site Internet http://www.luma-arles.org/.

Dates et horaires :

Lundi : 11h - anglais
Mardi : 11h - français
Mercredi : 15h - français
Jeudi : 15h - français

Parc des Ateliers, 33 avenue Victor Hugo 13200 Arles

 

Connaissez-vous le musée Urgonia à Orgon ?

Un musée baptisé Urgonia et un sentier de la Pierre consacré à la géologie locale ont récemment ouvert leurs portes à Orgon. Le territoire d'Orgon est un site dont l'intérêt scientifique et culturel constitue un outil éducatif mis à la disposition des enseignants.

L'équipe du musée Urgonia sera heureuse de vous accueillir le samedi 21 mai à partir de 20 h 30 dans le cadre de la nuit des musées 2016. Cette soirée animée, placée sous le signe de la convivialité, sera l'occasion de découvrir le musée autrement.

Au programme, tout au long de la soirée, une enquête à mener dans le musée, un diaporama insolite, des vidéos réalisées par les élèves de seconde du lycée Saint-Charles projetées à l'extérieur, le tout agrémenté par une animation musicale.

Pour tout savoir du musée Urgonia, cliquer ICI.